Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xlvi
DISCOURS

la baie d’Hudson, dans le cours de la dernière guerre ».

Après un témoignage aussi juste et aussi vrai, et lorsque l’Angleterre a si bien mérité des amis des sciences et des arts par son empressement à publier les résultats des voyages de découvertes qu’elle a ordonnés, aurons-nous à reprocher à un autre militaire anglais d’avoir manqué à ses engagemens envers la Pérouse ?

Le gouverneur Hearn avait fait, en 1772, un voyage par terre, vers le Nord, en partant du fort Churchill dans la baie d’Hudson, voyage dont on attend les détails avec impatience ; le journal manuscrit en fut trouvé par la Pérouse dans les papiers de ce gouverneur, qui insista pour qu’il lui fût laissé comme sa propriété particulière. Ce voyage ayant été fait néanmoins par ordre de la compagnie d’Hudson dans la vue d’acquérir des connaissances sur la partie du Nord de l’Amérique, le journal pouvait bien être censé appartenir à cette compagnie, et par conséquent être dévolu au vainqueur : cependant