Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xlviii
DISCOURS

Je ne me conformerai point à l’usage, en indiquant d’avance la route que notre navigateur a parcourue dans les deux hémisphères, les côtes et les îles qu’il a explorées ou reconnues dans le grand océan, les découvertes qu’il a faites dans les mers d’Asie, et les services importans qu’il a rendus à la géographie : je fais ce sacrifice au lecteur, dont la curiosité veut être plutôt excitée que prévenue, et qui aimera mieux sans doute suivre dans sa course le voyageur lui-même.

Jusqu’ici je n’ai considéré dans la Pérouse que le militaire et le navigateur : mais il mérite également d’être connu par ses qualités personnelles ; car il n’était pas moins propre à se concilier les hommes de tous les pays, ou à s’en faire respecter, qu’à prévoir et à vaincre les obstacles qu’il est donné à la sagesse humaine de surmonter.

Réunissant à la vivacité des habitans des pays méridionaux un esprit agréable et un caractère égal, sa douceur et son aimable gaîté le firent toujours rechercher avec empressement : d’un