Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
li
PRÉLIMINAIRE.

dont le caractère et le tour que j’ai précieusement conservés, peignent fidèlement l’homme : je le montrerais sur-tout s’attachant à suivre cet article de ses instructions, gravé dans son cœur, qui lui ordonnait d’éviter de répandre une seule goutte de sang ; l’ayant suivi constamment dans un aussi long voyage, avec un succès dû à ses principes ; et, lorsqu’attaqué par une horde barbare de sauvages, il eut perdu son second, un naturaliste et dix hommes des deux équipages, malgré les moyens puissans de vengeance qu’il avait entre les mains, et tant de motifs excusables pour en user, contenant la fureur des équipages, et craignant de frapper une seule victime innocente parmi des milliers de coupables.

Équitable et modeste autant qu’éclairé, on verra avec quel respect il parlait de l’immortel Cook, et comme il cherchait à rendre justice aux grands hommes qui avaient parcouru la même carrière.

Également juste envers tous, la Pérouse, dans son journal et sa correspondance, dispense