Page:La Révolution française et l'abolition de l'esclavage, t1.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
4

ouvertes aux Navigateurs français 8c étrangers. Ceſt par des introductions interlopes d’eſclaves & d’inſtrumens aratoires, que ces Colonies commencèrent à fleurir : mais à peine donnèrent-elles des revenus, que les Français voulurent en bannir des rivaux dont la concurrence leur impoſait la néceſſîté du travail & de l’économie ; ils demandèrent de nouvelles lois prohibitives, afin de gagner beaucoup en peu de temps & ſans peine : ils ne réuſſirent dans leurs ſollicitations qu’en 1727. Ce fut l’époque du privilège excluſif en faveur des Négocians français.

La peine de galères & la confiſcation des biens fut prononcée contre ceux qui favoriſeraient l’accès des étrangers ou des marchandiſes étrangères dans les Colonies[1].

Auſſi-tôt les Armateurs de France abandonnèrent toutes les autres branches de Commerce, pour ſe livrer à la navigation des Antilles & à la traite des Noirs, qui, pendant ſoixante ans, ont donné des profits toujours croiſſans, & dont il n’y a point eu d’autre exemple dans les annales du Commerce. Ils ont ainſi retiré tous les profits d’établiſſemens qu’ils n’avaient

  1. Lettres patentes de 1727 contre le Commerce étranger.