Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ceux qui veulent expliquer la morale par la biologie. Voilà donc deux apologistes qui se contredisent ; ce n’est pas la première fois, mais on conservera tout de même les arguments de l’un et de l’autre. Il ne faut pas d’ailleurs, s’attaquer à un apologiste ; si par hasard on réussit à montrer le peu de fondement de ses arguments, il cesse d’être persona grata et ainsi celui qui l’a attaqué a perdu son temps. J’ai étudié récemment des arguments du cardinal Manning ; « mais, m’a répondu une bonne Revue, le cardinal Manning, n’est pas une autorité. » Espérons que M. Brunetière en restera une.

M. Brunetière prétend que les transformistes enseignent les causes finales (p. 54). Il le prétend à propos de la fameuse formule « la fonction crée l’organe ». Cette formule n’est pas de Darwin ; elle résume trop brièvement un principe de notre grand Lamarck que M. Brunetière ignore. Quant à Darwin, il suffit de lire attentivement ses œuvres pour s’apercevoir qu’aucun autre ouvrage scientifique n’est moins entaché de finalisme. Mais, lire attentivement, c’est bon pour ceux qui n’ont à leur disposition que des moyens humains de connaissance, et je ne doute pas que les théologiens de l’avenir ne découvrent un jour des marques indéniables d’inspiration dans les œuvres de Ferdinand Brunetière, père de l’Église.

Félix Le Dantec