Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/441

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

Dès que la porte de la cabane se fut refermée, mes camarades émergèrent de la nuit ; ils avaient rattrapé les chevaux et attendu que la voie fût libre. Nous réédifiâmes notre attirail sur le dos du cheval de bât et nous fîmes route ; comme le jour se levait nous atteignions le massif de la montagne et nous rejoignions Van Dorn. Ensuite nous descendîmes dans la vallée du lac et, nous sentant en sécurité, nous nous arrêtâmes pour faire notre déjeuner, car nous étions las, nous avions faim et sommeil. … Trois heures plus tard, le reste de la population défilait par dessus le sommet des hauteurs et disparaissait en contournant le lac !

Que mon accident eût, oui ou non, produit ce résultat, nous n’en sûmes jamais rien ; mais du moins une chose était certaine : le secret était éventé et Whiteman ne voudrait pas se mettre à la recherche de la mine de ciment cette fois-ci. Nous étions remplis de chagrin. Nous tînmes un conseil de guerre où nous décidâmes de tirer le meilleur parti possible de notre malchance et de goûter une semaine de congé sur les bords de ce malheureux lac. Mono, l’appelle-t-on quelquefois et quelquefois la Mer Morte de la Californie. C’est un des plus étranges phénomènes de la nature qui existent dans n’importe quel pays, mais il n’est presque jamais mentionné dans les livres et très rarement visité, parce qu’il se trouve à l’écart des routes ordinaires des voyageurs et, d’ailleurs, il est d’un accès si difficile, que les gens rompus aux privations de la vie la plus dure consentiront seuls à affronter les incommodités d’une telle excursion.

Le matin du second jour nous côtoyâmes la rive jusqu’à un lieu retiré et particulièrement sauvage, où un ruisseau d’eau glaciale entrait dans le lac en sortant de la montagne, et nous y plantâmes définitivement notre tente. Nous nolisâmes une grande barque et deux fusils de chasse chez un fermier habitant à une quinzaine de kilomètres et nous nous disposâmes au plaisir et au sport. Nous fûmes vite familiarisés avec le lac et toutes ses particularités.

CHAPITRE XXXVIII
Le lac Mono. — Shampooing à la portée de tout le monde. — Étourderie de notre chien et son résultat. — Curiosités du lac. — Quelques incidents comiques un peu enjolivés.

Le lac Mono est situé dans un hideux désert sans vie et sans arbres, à 2 600 mètres au-dessus du niveau de la mer et gardé