Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/511

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La torture que l’eau d’alcali inflige aux écorchures, aux ecchymoses et aux ampoules des mains est indicible, et seul un graissage complet peut la tempérer ; malgré cela, nous mangeâmes, nous bûmes et dormîmes bien cette nuit-là.

En parlant des particularités du lac Mono, j’aurais dû mentionner que par endroits s’élèvent sur ses bords de pittoresques agglomérations d’un roc blanchâtre à gros grain qui ressemble à du mortier grossier et durci ; si l’on casse des fragments de roc on y trouve parfaitement formés et pétrifiés des œufs de goélands, profondément enfouis dans la terre. Comment sont-ils venus là ? Je me borne à citer le fait, car c’en est un — et je laisse au lecteur géologue cette noisette à casser à loisir et ce problème à résoudre à sa façon.

Au bout d’une semaine nous nous rendîmes dans les sierras pour une excursion de pêche ; nous passâmes plusieurs jours au bivouac au pied du neigeux Castle Peak, et nous pêchâmes la truite avec succès dans un gracieux lac en miniature dont la surface était entre 3 300 et 3 600 mètres au-dessus du niveau de la mer. Nous nous rafraîchissions durant les chaudes après-midi d’août en nous asseyant sur des couches de neige de 3 mètres d’épaisseur, dont les bords abritaient un beau gazon et des fleurs délicates qui s’y épanouissaient somptueusement. Pendant la nuit, nous nous amusions à crever de froid. Ensuite nous revînmes au lac Mono et, voyant que l’agitation causée par le ciment se calmait un peu, nous décampâmes et nous retournâmes à Esmeralda. M. Ballou poussa quelques reconnaissances à l’entour, puis, en augurant mal, repartit tout seul pour le Humboldt.

Vers cette époque se produisit un petit incident qui a toujours à mes yeux revêtu quelque intérêt par la raison qu’il faillit bien amener mes obsèques. Dans un temps où l’on s’attendait à l’attaque des Indiens, les habitants cachaient leur poudre de guerre dans des endroits où elle se trouvât en sûreté, sans cesser d’être à la portée de leur main en cas de besoin. Un de nos voisins en avait caché six boîtes dans le four d’un vieux fourneau de cuisine qui se trouvait en plein air près d’un appentis ou hangar en planchas et dès lors il n’y pensa jamais plus. Nous louâmes un Indien à demi domestique pour faire notre blanchissage et il prit position sous le hangar avec son baquet. Le vénérable fourneau de cuisine reposait à dix pas de lui, juste en face. À la fin, il lui vint à l’idée que de l’eau chaude vaudrait mieux que de l’eau froide ; il s’en alla faire du feu sous ce magasin à poudre oublié et y posa une bouillotte. Après, il revint à