Page:La Revue de Paris 1907 tome6.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA DAME DES ARMOISES Le i3 avril i43G, le comte de Richemont entra dans Paris. La mère nourricière des clercs bourguignons et des docteurs cabochiens, l’Université elle-même, s’était entremise pour la paix. Or, un mois environ après que Paris se fut rangé dans l’obéissance du roi Charles, une fille âgée de vingt-cinq ans environ, qui jusque-là s’était fait appeler Claude, parut en Lorraine et fit connaître à plusieurs seigneurs de la ville de Metz qu’elle était Jeanne la Pucelle. A cette époque, le père et l’aîné des frères de Jeanne étaient morts; Isabelle Romée vivait; ses deux fils cadets étaient au service du roi de France, qui les avait anoblis et faits Du Lys. Jean, l’aîné, dit Petit-Jean, avait" été nommé. bailli de Ver- mandois, puis capitaine de Chartres. Aux environs de cette année i436, il était prévôt et capitaine de Vaucouleurs, i. Sur la dame des Armoises, cf. : Jean Nider, Formicarium, liv. V, chap. vin ; Procès, t. V, pp. 3ai et s.; D. Calmet, Hist, de Lorraine, t. Il’ p. 906, t. V, pp. cLxivet s. ; Lottin, Recherches sur la ville d’Orléans, t. I, pp. 284 et s. ; Vergniuud-Roniagnési, Des portraits de Jeanne d’Arc et Mémoire sur les fausses Jeanne d’Arc dans Mém. de la Société d’Agricul- ture d’Orléans, i854, in-8°; Vallet de Yiri ville, Notices et extraits de Chartes et Manuscrits dans BihL de l’École des Chartes, t. VIII, 1846, p. 116; Lecoy de la Marche, Une fausse Jeanne d’Arc dans Revue des Questions historiques, octobre 1871, pp. 56a et s. ; Lefèvre-Pontalis, la fausse Jeanne d’Arc; H.. Vincent, la Maison des Armoises originaire de Champagne, dans Mém. de la Soc. d’Archéologie lorraine, 3 e série, t. Y, p. 924; Lanery d’Arc, le Livre d’Or de Jeanne d’Arc, pp. 578-680. i er Novembre 1907. 1