Page:La Revue de Paris 1907 tome6.djvu/600

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ARYENS ET INDO-EUROPÉENS

Il va y avoir cent ans que l'identité fondamentale des principales langues européennes avec celles de l'Iran et de l'Inde a été signalée au public pour la première fois : le livre de Schlegel sur La langue et la sagesse des Hindous, où le rapprochement est nettement indiqué et démontré par quelques faits décisifs, est de 1808; il a précédé de huit ans le premier mémoire du vrai fondateur de la grammaire comparée, Franz Bopp. Depuis lors, la grammaire comparée des langues « indo-européennes » s'est constituée en une science qui a pris tous les jours plus de précision et de rigueur; les rapports entre les divers idiomes de la famille ont été reconnus dans le plus minutieux détail; des règles strictes de correspondance ont été posées; les principes de la linguistique générale en ont été renouvelés; Mais plus la science ainsi créée devenait exacte et plus le public en tirait — sans aucune faute des linguistes, à ce qu'il semble — de termes baroques et d'idées fausses.

Le terme de aryen est devenu si courant et d'usage si commun qu'on pourrait le croire fondé sur une vieille tradition ou sûr une doctrine scientifique.

Or, en Europe, il est récent, et personne ne l'y connaissait avant la découverte de la grammaire comparée. Chez aucun