Page:La Vaudère - Sapho, dompteuse, 1908.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CHAPITRE IV

CE QUI EST ÉCRIT…

Sapho restait silencieuse ; il lui semblait qu’une expression cruelle animait les regards de Faustine, étrangement fixés sur elle.

Un nuage enveloppait les convives, et la lueur des tulipes électriques ne parvenait plus à corriger les effets étranges que son imagination prêtait aux choses.

Le café brûlait dans les tasses transparentes ; toutes les femmes fumaient avec frénésie