Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Courtevoil.

Mais ça ne se passera pas comme ça !… Prenez la lanterne… j’ai besoin d’écrire une note. (Il donne la lanterne à Ginginet, tire son calepin et écrit :) "Au retour, gifler L’Hérissard ! "


Ginginet, à part.

La nourrice m’a donné son adresse… (Donnant la lanterne à Courtevoil.) Prenez la lanterne… J’ai aussi besoin d’écrire une note.


Courtevoil.

Pour gifler L’Hérissard ?


Ginginet.

Oui !…


Courtevoil.

Il y aura de l’écho dans son puits.


Ginginet, à part, écrivant.

"Mademoiselle Potin, nourrice, tous les deux ans, à Bischwiller." (Il déchire la feuille de son carnet et la met dans sa poche.)


Clémence, entrant du fond, à part.

J’ai quitté le bras de ce vieux monsieur… il devenait d’une audace…


Ginginet.

Ah ! ma femme !… Eh bien ?… et le conservateur des hypothèques ?… qu’en as-tu fait ?


Clémence.

Je ne suis pas chargée de le garder.


Ginginet.

Ah ! Clémence, tu es cruelle pour un vieillard ! le laisser seul… dans la rue… exposé au brouillard… Je suis fâché de te le dire… mais ce n’est pas là la mission de la femme !


Clémence.

Mais si tu savais…