Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ginginet.

Dame !…

Du geste il éloigne tout le monde.


Jules.

Je suis chargé d’une mission secrète et diplomatique.


Ginginet.

Ah !


Jules.

Vous n’avez rien vu… rien entendu…


Ginginet.

Rien !


Jules.

Chut !… (Saluant Clémence.) Madame !

Il disparaît.


Ginginet, se tournant vers sa femme.

Qui se serait douté que ce conservateur des hypothèques ?…


Clémence.

Je l’ai deviné… quand il m’a embrassée.


Ginginet.

Comment !


Clémence.

C’est le jeune homme de la société générale.


Ginginet.

Lui ! le drôle ! le polisson !


Courtevoil, mangeant sa salade.

Pas tant de bruit quand on mange.


Lucien, à Ginginet.

Calmez-vous… il est parti… il ne reviendra plus !…


Ginginet.

Je l’espère bien.


Lucien.

Tenez… mettons-nous à table… (Tous se mettent à table.) Garçon !… servez-nous !…