Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tapiou, à part, regardant Colombe.

Nom d’un Turc ! voilà une belle femme !


Ginginet, à Colombe.

Prends bien garde au globe.


Colombe.

Dans le fiacre, j’ai manqué de m’asseoir dessus.

Elle rit comme une folle.


Tapiou.

Je sais bien quel est le globe qui aurait cassé l’autre.

Il rit comme un fou ; Colombe et Tapiou s’arrêtent et se regardent.


Ginginet.

Mesdames, asseyez-vous sur ce banc. (A Jenny.) Banc !… Répète : Banc !


Jenny, répétant ; accent anglais.

Banque !


Ginginet.

C’est à peu près ça… Chemin faisant, je lui apprends le français…


Clémence.

Mais quelle idée as-tu de nous faire entrer ici ?… Nous pouvions très bien t’attendre dans le fiacre…


Ginginet.

Clémence, tu es ma femme… tu es appelée à devenir veuve un jour.


Clémence.

Oh ! mon ami !


Ginginet.

Le plus tard possible !… Mais je veux, quand la Parque se sera prononcée… que tu saches gérer ta fortune… Nous allons apprendre ensemble le mécanisme des chemins de fer… car c’est la première fois que je me lance dans cette valeur… contre ton avis, je le sais.