Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ginginet.

Encore deux !


Jules.

Et après, je toussaille, mais ce n’est pas sérieux.


Clémence, à son mari, lui montrant Courtevoil qui fume à une table.

Peut-être que l’odeur du cigare…


Ginginet.

C’est juste. (Allant à Courtevoil et le saluant.)

Capitaine… nous avons ici un vieillard qui est souffrant.


Courtevoil.

Eh bien ? je ne suis pas médecin.


Ginginet.

Non, mais peut-être que la fumée de votre cigare…


Courtevoil.

J’endure bien son rhume… il peut bien avaler ma fumée.


Ginginet.

Oui, je n’insiste pas ! (À part.) Porc-épic !


Clémence, qui s’est levée, et s’adressant au capitaine d’une voix câline.

Et moi, capitaine, me refuserez-vous, si je vous prie d’éteindre votre cigare ?


Courtevoil, se levant.

Quand une femme commande, c’est comme si elle ordonnait… (Appelant.) Ratatouille !


Tapiou.

Capitaine !


Courtevoil.

Un couteau.