Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La Baronne, aux invités.

Veuillez prendre place… le concert va commencer. (Les invités s’asseyent. À Nonancourt.) Où est donc M. Nisnardi ?


Nonancourt.

Je ne sais. (Criant.) On demande M. Nisnardi !


Tous.

Le voici ! le voici !


Achille, ramenant Fadinard.

Comment ! signor, une désertion ?


Nonancourt, à part.

Lui, Nisnardi ?…


Fadinard, à Achille qui le ramène.

Je ne m’en allais pas… je vous assure que je ne m’en allais pas !…


Tous.

Bravo ! bravo ! (On l’applaudit avec frénésie.)


Fadinard, salue à droite et à gauche.

Messieurs… mesdames… (À part.) Pincé sur le marche-pied du fiacre !


La Baronne, à Nonancourt.

Mettez-vous au piano… (Elle s’assied sur la causeuse auprès d’une dame.)


Nonancourt.

Vous voulez que je me mette au piano ? je vais me mettre au piano. (Il pose le candélabre et s’assied devant le piano. Toute la société est assise à gauche, de manière à ne pas masquer la porte du fond.)


La Baronne.

Signor Nisnardi, nous sommes prêts à vous applaudir.