Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V


Une place. — Rues à droite et à gauche. — Premier plan, à droite, la maison de Fadinard ; une autre maison au deuxième plan. — Premier plan à gauche, un poste de la garde nationale, avec guérite. — Il est nuit. — La scène est éclairée par un réverbère suspendu à une corde qui traverse le théâtre du premier plan de gauche au troisième plan de droite.


Scène première

Tardiveau, en garde national, un Caporal, Gardes nationaux


Un garde national est en faction. Onze heures sonnent. Plusieurs gardes nationaux sortent du poste.


Le Caporal.

Onze heures !… à qui de prendre la faction ?


Les Gardes.

À Tardiveau ! à Tardiveau !


Tardiveau.

Mais, Trouillebert, j’en ai monté trois dans le jour pour être exempté de cette nuit… le serein m’enrhume.


Le Caporal, riant.

Tais-toi donc, farceur ! jamais le serein n’enrhuma son