Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fadinard, qui n’a rien vu, passant le cordon du carton à son bras, et follement.

Attendez-moi là… je la coiffe… et je la flanque à la porte !… Nous allons rentrer !… nous allons rentrer !… (Il entre éperdument dans la maison.)


Scène VI

Les Mêmes, moins Fadinard, le Caporal, Gardes nationaux



Nonancourt.

Aliénation complète !… nullité de mariage !… Bravissimo !… En route, mes amis… cherchons nos fiacres… (Ils remontent et rencontrent la patrouille qui arrive au fond.)


Le Caporal.

Halte-là, messieurs !… Que faites-vous là avec ces paquets ?…


Nonancourt.

Caporal, nous déménageons…


Le Caporal.

Clandestinement !…


Nonancourt.

Permettez, je…


Le Caporal.

Silence !… (À Vézinet.) Vos papiers ?…


Vézinet.

Oui, monsieur, oui, cinq cents francs… sans les rubans !…


Le Caporal.

Oh ! oh !… nous voulons faire le farceur !…