Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui l’a escamoté !… (Se tournant.) Où est-il ?… où est ma femme ?… où est ma noce ?…


Tardiveau, en train de s’en aller.

Au poste, monsieur… tout ça au violon… (Il sort à droite.)


Fadinard.

Au violon !… ma noce !… et le chapeau aussi !… Comment faire ?


Anaïs, désolée.

Perdue !…


Emile, frappé.

Ah !… j’y vais… j’y vais, je connais l’officier ! (Il entre au poste.)


Fadinard, joyeux.

Il connaît l’officier !… nous l’aurons !… (Bruit de voiture à gauche.)


Beauperthuis, dans la coulisse.

Cocher, arrêtez-moi là !…


Anaïs.

Ciel ! mon mari !…


Fadinard.

Il a pris un cab… le lâche !


Anaïs.

Je remonte chez vous !…

Fadinard - Arrêtez !… il vient fouiller mon domicile !


Anaïs, très effrayée.

Le voici !…


Fadinard, la poussant dans la guérite.

Entrez là !… (À lui-même.) Et l’on appelle ça un jour de noces !…