Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Anaïs, le chapeau sur la tête, s’approchant, les bras croisés et avec dignité.

Ah ! je vous trouve donc enfin, monsieur !…


Beauperthuis, pétrifié.

Ma femme !…


Anaïs.

Voilà donc la conduite que vous menez ?…


Beauperthuis, à part.

Elle a le chapeau !


Anaïs.

Vous colleter dans les rues, à une pareille heure !


Beauperthuis.

Paille de Florence !


Fadinard.

Et des coquelicots.


Anaïs.

Me laisser rentrer seule… à minuit, quand, depuis ce matin, je vous attends chez ma cousine Eloa…


Beauperthuis.

Permettez, madame, votre cousine Eloa…


Fadinard.

Elle a le chapeau !


Beauperthuis.

Vous êtes sortie pour acheter des gants de Suède… On ne met pas quatorze heures pour acheter des gants de Suède…


Fadinard.

Elle a le chapeau !