Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Machavoine.

Il m’a dit que ça ne le regarde pas… Ca regarde le sergent-major… Alors, moi, je suis couru chez le sergent-major…


Chiffonnet.

Allons, bon !…


Machavoine.

J’y ai conté la frime… (Triomphant.) Et v’là ton billet de garde !… c’est pour demain !…


Chiffonnet, prenant le billet.

Merci !… bien obligé ! (Tristement.) Me voilà de garde demain !…


Machavoine.

On dirait que ça ne te fais pas plaisir.


Chiffonnet.

Mais, grand nigaud, tu ne comprends pas que c’est moi qui avais recommandé au portier !


Machavoine.

Un mensonge !… Ah ! Chiffonnet !… ça n’est pas bien !…


Chiffonnet.

Oh ! un mensonge !…


Machavoine.

Tu m’as dit de tirer dessus et j’ai tiré dessus !


Chiffonnet.

Certainement… certainement ! (À part.) Je trouve qu’il va un tantinet loin. (Haut.) Je vais m’habiller, donne-moi mon habit !… sur cette chaise.

Il ôte son pet-en-l’air et reste en bras de chemise.


Machavoine, qui a été chercher l’habit, l’aperçoit et éclate de rire.

Oh ! oh !… fichtra de la Catarina !