Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Prunette.

Mon amoureux !


Machavoine.

Hein ?


Prunette.

Mais oui… le garçon du café qui est en face.


Machavoine.

Votre amoureux !


Prunette.

Et quand j’ouvre la fenêtre, ça veut dire : "Vous pouvez venir"


Machavoine.

Bigre ! et vous me la faites ouvrir, à moi !

Il la referme vivement.


Prunette, à part.

Il y est venu !… (Haut.) Ecoutez donc… Il parle de m’épouser, lui !


Machavoine.

J’en parlera aussi !… j’en parlera !


Prunette.

Vous ?… Oh ! non ; un charabia, c’est trop godiche !


Machavoine, tristement.

Un charabia !…


Prunette.

Oui… tandis que l’autre… un Gascon… c’est malin !


Machavoine.

Je deviendrai malin.


Prunette.

Futé.