Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Chiffonnet, négligemment.

Il doit être par là, à l’office… le maroufle ! (Voyant entrer Machavoine par la droite.) Lui !


Madame Coquenard, à part.

Ah ! mon Dieu !… (Entraînant son mari.) Mais, monsieur, quel air singulier…

Elle remonte avec son mari.


Chiffonnet, à Machavoine.

Malheureux ! qui te ramène ?


Machavoine.

Tu ne m’as pas donné d’argent pour le chemin de fer !…


Chiffonnet, vivement.

Tiens ! ma bourse, retourne ! cours !


Coquenard, arrêtant Machavoine.

Eh ! mais le voilà, mon cher Chiffonnet ! Je vous ai promis une surprise… vous allez l’avoir.


Chiffonnet.

Mais est-il donc jovial, ce soir, cet excellent Coquenard !


Madame Coquenard, à part.

Je suis morte !


Chiffonnet, de même, s’appuyant contre un invité.

J’éprouve le besoin de m’accoter.


Coquenard, à Machavoine.

Tu sais ce que tu m’as promis…


Machavoine, à Coquenard.

Allez ! un Auvergnat n’a qu’une parole !


Coquenard, prenant la main de sa femme.

Reconnais-tu Madame ?