Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Veauvardin.

Tant mieux… Voyons…


Edgard.

Voilà ! (À part.) Dire qu’il ne me viendra pas une bonne colle ! (Haut.) Voilà… figurez-vous que cette fille a un tic…


Veauvardin.

Quel tic ?


Edgard.

Attendez donc ! (À part.) Il ne me donne pas le temps de trouver ! (Haut.) Elle promène ses effets partout… c’est une sans-soin !


Veauvardin, méfiant.

Même dans votre chambre ?…


Edgard.

Partout !


Veauvardin, incrédule.

À dix heures du soir ?


Edgard.

L’heure n’y fait rien…


Veauvardin.

Comment ?


Edgard.

Oui… parce que… (Trouvant.) elle est somnambule !


Veauvardin, transporté.

Somnambule !!!


Edgard.

En voilà une qui vous trouverait des truffes !


Veauvardin.

Des truffes ! Sapristi !

Il court au cordon de sonnette du fond.