Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Edgard.

Qu’allez-vous faire ?


Veauvardin.

La sonner pour l’expérimenter !


Edgard, l’arrêtant.

La sonner ? non ! (À part.) Elle apporterait le portrait ! (Haut.) Ne sonnez pas !

Le retenant.


Veauvardin.

Pourquoi ?


Edgard.

Ca la réveillerait.


Veauvardin.

Je ne peux pourtant pas la magnétiser d’ici.


Edgard.

Hein ?… Pourquoi pas ? (À part.) Si je pouvais pendant que nous ne sommes que nous deux… (Haut.) Veauvardin père !… je vais vous épater par quelque chose d’énorme !


Veauvardin.

Quoi ?


Edgard.

Nous allons endormir cette fille… à travers la muraille.


Veauvardin.

Bah !


Edgard.

Nous allons lui ordonner de venir ici.


Veauvardin.

Ah ! par exemple ! je suis curieux…


Edgard.

Ce n’est pas tout… il faut qu’elle nous apporte un objet quelconque… que nous allons penser.