Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Florestine, bas, avec embarras.

Je n’ai pas voulu vous perdre…


Edgard, bas.

Généreuse fille !… tiens ! voilà tes lettres de Vaugirard.

Il lui remet un paquet.


Florestine, le regardant.

Des billets de banque !


Edgard, à part.

Pristi ! je me suis trompé de poche !


Madame Beaudeloche.

Ma bru, je vous cède Florestine… c’est un vrai cadeau que je vous fais.


Edgard, vivement.

Non !… (À part.) Sapristi ! assez comme ça !


Madame Beaudeloche.

Pourquoi ?


Edgard.

Parce que… parce que… elle épouse un pompier…


Florestine.

Moi ?


Edgard, bas, avec énergie.

Epouse-le, ou je t’étrangle ! (Haut.) Elle accepte ! je l’ai réveillée.


Madame Beaudeloche.

Je me charge de la dot !


Veauvardin.

Moi, je lui donne cinq pour cent…


Edgard, bas.

Non !… elle n’est pas lucide… Au lieu de truffes, elle vous trouverait des pommes de terre…