Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/297

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


se réveiller… Ah ! à minuit, n’oubliez pas de lui donner son loch.


Marie.

Soyez tranquille, Madame.


La Baronne.

Vous êtes une fille sûre et je compte sur vous comme sur moi-même…


Saint-Germain.

Oh ! nous aimons tant mademoiselle Berthe !…


Marie.

C’est un ange !


Saint-Germain.

Un archange !


La Baronne, épanouie.

Oh ! oh !… elle est gentille, je ne dis pas… (À part.) Vraiment, j’ai là de biens bons serviteurs !… (Haut.) Allons ! ayez bien soin de ma fille, ne la contrariez en rien, et surtout ne la laissez pas pleurer.


Marie Et Saint-Germain.

Oh ! madame !

Ensemble

Air : Adieu donc, et que la nuit… (L’Homme aux souris)

La Baronne

Je puis, jusqu’à mon retour,
Me fier à votre zèle,
Je ne reviendrai près d’elle
Qu’au point du jour.

Saint-Germain et Marie

Oui, jusqu’à votre retour,
Fiez-vous à notre zèle ;