Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Saint-Germain ; puis Berthe



Saint-Germain.

Vite, à ma toilette !… quand je dis ma toilette… c’est celle de la baronne… mais je m’en sers… (Il s’approche de la toilette et s’assied.) Où est ma pommade ? (Flairant un pot.) Violette !… c’est bien ça !… hum ! quel fumet !… on en mangerait… (Il emplit sa main de pommade et se beurre les cheveux.) Encore ! il faut que ça reluise… bah ! je vais finir le pot ! (Se levant et descendant la scène.) C’est pourtant avec cette chevelure que j’empaume les femmes !… J’ai surtout là… sur la gauche… une petite gredine de mèche qui leur fait oublier toutes les bienséances !

Air du Beau Nicolas

Quand je parais avec ma mèche,
Au milieu d’un timide essaim,
Soudain le cœur le plus revêche
Mollit à son chic assassin !
De Cupidon elle est la flèche,
Elle est l’hameçon des amours…
Et j’entends redire toujours :
"D’lui résister, il n’y a pas mèche !
Gredin’ de mèche !
Mais voyez donc comme ell’ lui va !
Qu’il est bien, ce scélérat-là !
Ah ! Qu’il est bien,. c’scélérat-là !
Fichtre ! qu’il est bien, ce gueux-là ! "

Ursule, méfie-toi !… j’ai idée que nous allons jouer au carabinier détrôné !…

Il retourne à la toilette.