Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Berthe.

Pas ça !


Saint-Germain.

Ah !… (Se courbant comme pour jouer au cheval fendu.) Allez ! sautez !


Berthe, s’impatientant et le poussant.

Mais non, pas ça.


Saint-Germain, à part.

V’là un insecte qu’est difficile à amuser !


Berthe.

J’ai trouvé !… nous allons jouer à la marchande !

Elle remonte et va prendre au fond une ombrelle, un éventail, un sac.


Saint-Germain.

Qu’est-ce que c’est que ça !


Berthe.

Assieds-toi là… tu vas voir…


Saint-Germain, s’asseyant dans le fauteuil, à droite, à part.

Elle m’embête !… Faut pourtant que je la replaque dans son lit…

Berthe, — descendant la scène, en tenant l’ombrelle ouverte et jouant de l’éventail. — Ah ! vraiment, la chaleur est accablante… je succombe !…


Saint-Germain, à part.

As-tu fini tes manières… Petit singe, va !…


Berthe, faisant une révérence à Saint-Germain.

Bonjour, madame !