Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Marie.

À toi ?…

Elle met le pied sur le fauteuil de droite pour rattacher le cordon de sa bottine.


Saint-Germain.

Quelque peu.


Marie.

Et pourquoi ?


Saint-Germain.

Pour mes verses.


Marie.

Tiens ! tu fais des vers, toi ?


Saint-Germain.

Quelque peu.


Marie.

Français ?


Saint-Germain.

Autant que possible… Veux-tu que je t’en déclame ?


Marie.

C’est-y long ?


Saint-Germain.

Huit pieds… les uns dans les autres.


Marie.

Non ; ça durera-t-il longtemps, je te demande ?


Saint-Germain.

Tu le verras… c’est un compliment pour la fête à Madame… et que j’ai seriné sournoisement à la moucheronne…


Marie.

Dépêche-toi… (À part, se tournant vers la fenêtre.)

Je sens comme un parfum de carabinier.