Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Marie, la coiffant.

Madame… il est parti. (À part.) Je tremble comme la feuille.

Elle prend une épingle sur la toilette, la baronne aperçoit la manche de sa robe.


La Baronne.

Comment ! Marie, vous avez mis votre robe neuve ?… que signifie ?…


Marie, troublée.

Oui, madame… j’étais en train de l’essayer… il faut que la couturière m’y fasse une pince.


La Baronne, qui fouille dans sa toilette.

Ah çà… mais… quelqu’un a donc touché à ma toilette !… tout est sens dessus dessous !


Marie.

Madame… c’est la petite, en jouant… cette après-midi…


La Baronne.

Petite espiègle ! Elle a été sage, ce soir ?


Marie.

Oh ! madame… comme une image !


La Baronne.

Elle n’a pas toussé ?


Marie.

Pas du tout.


La Baronne.

Pauvre chérie ! elle est si délicate ! Heureusement, Marie, je puis me fier à vous…


Marie.

Oh ! ça, madame !…

Elle défait les cheveux de la baronne.