Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tourterot.

Qu’importe ? Dans notre famille, nous ne tenons pas à la monnaie ; vous couperez le gâteau en deux, voilà tout… Et où est-il, ce jeune biberon ?


Poupardin.

Plaît-il ?


Tourterot.

L’autre, le numéro 2.


Poupardin.

L’autre ? je l’ignore… (Avec fatuité.) Cela tient à des circonstances…


Tourterot.

Ah ! gaillard !


Poupardin.

J’étais garçon, alors, monsieur, et voyageur de commerce. Or, vous savez que, dans cette arme… Mais je ne sais si je dois…


Tourterot.

Allez donc !… je ne suis pas chipie, faites votre jeu.


Air : Songez donc que vous êtes vieux

Pour bien élever son enfant
Faut avoir connu la bamboche ;
On est toujours plus indulgent
Lorsque l’on n’est pas sans reproche.
Du cœur on pardonn’ les écarts
Quand pour l’amour on fut précoce..,
Et, pour bien marier ses moutards,
Il faut qu’un père ait fait la noce.


Poupardin.

Au fait, vous pourrez peut-être m’aider à saisir certain fil… Il y a de cela vingt-six ans, un soir, à Châtellerault…