Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tourterot.

Vingt-deux ares trente-trois centiares… ce qui nous donne…


Camille, revenant à eux.

Bien du mal pour me cacher une chose que je sais parfaitement.


Poupardin.

Et quoi donc, s’il vous plaît, ma fille ?


Camille.

Ne faites donc pas le discret : ma tante m’a tout dit avant de partir… Je sais qu’il s’agit d’un mari.


Tourterot.

C’est nous qui posions… Elle est bonne, je la trouve bonne, la petite.


Poupardin.

Comment ? ta tante… ! Ah ! c’est mal, je vitupère son indiscrétion… Enfin, monsieur, nous pouvons nous ouvrir, maintenant qu’elle sait tout.


Tourterot.

Ouvrons-nous, ça me chausse.


Poupardin, à part.

Cet homme a une façon d’exprimer sa pensée qui confond mon intellect.


Tourterot, à Camille.

Primo, d’abord, et d’un, j’ai l’honneur de vous présenter votre futur beau-père, un petit gris qui n’est pas encore trop déchiré, comme vous pouvez voir.


Camille.

Ah ! c’est M. votre Fils…


Tourterot.

Lui-même… un amour d’homme… Vous m’en direz des nouvelles