Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’étiquette auraient retardé le bonheur que j’éprouve à me trouver au milieu de vous.


Tourterot, à part.

Est-il devenu fadard !


Poupardin, à sa fille.

Mais il a l’air très convenable, ce jeune homme.


Tourterot, à César.

Sais-tu que nous t’attendons depuis ce matin… tu nous as fait droguer.


César, bas.

Mon père !


Gélinotte.

Ces médecins, ils arrivent toujours trop tard !


César.

Gélinotte… (À part.) Diable ! (Haut.) Toi, ici ?…


Gélinotte.

Bonjour, César !

Ils se donnent la main.

Tourterot.

Qu’est-ce que c’est que celui-là ?


César.

Un de mes amis, que je ne m’attendais pas à retrouver ici… Depuis quand as-tu quitté Paris ?


Gélinotte.

Depuis un an.


César.

Ah !… (À part.) Voilà qui me rassure sur sa discrétion


Gélinotte.

Dis donc, je suis avoué ici.