Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/435

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tourterot, à part.

Ça, un avoué ?… oh ! ce coquillage !


César.

Mon compliment sincère.


Tourterot, bas, à César.

Dis donc, la petite te guigne… Allume ! allume !


César, à Tourterot.

Chut !

Gélinotte remonte.

Tourterot, bas à César.

Quelle carnation ? ah ! méchant ! (À Poupardin.) Il n’est pas encore bien à son gobelet, mais laissez-lui prendre son pivot… vous verrez comme il se met ! Je vous laisse ensemble, vous allez le creuser, creusez-le… (À César.) Hardi là !… du pavillon, du pavillon à mort !


Gélinotte, à Poupardin.

Je vais retenir les trois places de coupé, et je reviens !… (À Camille.) À bientôt, mademoiselle.


Tourterot, à César.

Décidément, il me gêne des entournures, ton avoué !


ENSEMBLE

Tourterot, à Poupardin.
Air : Je vous fais mon compliment (Paris voleur)

Il vous plaît assurément,
Avec lui, causez un moment,
Vous vous convaincrez aisément
Qu’il doit faire un mari charmant.


Poupardin et Camille, à part

Il peut plaire, assurément ;