Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/441

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Médard, courant.

Ah ben ! ah ben ! ah ben !…

Il sort.


Scène XIV

Camille, César, Poupardin, Tourterot ; puis Gélinotte



Poupardin, qui a fait quelques pas pour accompagner Médard.

Mon cher gendre, croyez que je me félicite sincèrement…


Tourterot, entrant par la droite.

Ah ! ah ! encore ensemble ! (À Poupardin.) Eh bien, mais ça biche ! Il paraît que ça biche !


Poupardin.

Il m’a plu, je lui ai plu… et, dès qu’un beau-père et un gendre se plurent…


Tourterot.

Bravo ! bravissimo !… Eh bien, vrai, là… ce n’est pas parce que c’est mon fils, mais vous aurez là un gendre soignemuche !


Gélinotte, qui est entré et a entendu ces derniers mots.

Qu’entends-je !… comment, un gendre ?… et les trois places de coupé que j’apporte ?


Poupardin, à Gélinotte.

Monsieur, je me dois à moi-même de vous témoigner tous mes regrets, mais c’est ma fille…

Il montre Camille.


Gélinotte, à Camille.

Comment ! mademoiselle ?…