Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



César, le calmant.

Mon père !


Tourterot, exaspéré.

Laisse-moi donc… depuis ce matin qu’il nous mécanise !… En voilà un oiseau !…


Poupardin, à Tourterot.

Monsieur, j’apprécie comme je le dois l’honneur que.. mais…


Gélinotte, à Tourterot.

Mais on vous chante, comme à moi, tout à l’heure… (À Poupardin.) Chantez-lui donc la Colonne…


Poupardin.

Et prenons une prise.

Il va pour ouvrir la tabatière de Tourterot, qui est restée entre ses mains.

Gélinotte.

Oui, prenons une… (Apercevant le portrait et saisissant la boîte.) Ah ! mon Dieu !… je ne me trompe pas !… cette figure !…


Tourterot.

La défunte à papa, quoi !


Gélinotte.

Ça ? mais non ! (Bien accentué.) C’est maman !


Tous.

Votre mère !…


Gélinotte.

J’ai la reconnaissance !

Il se fouille.

Tourterot et Poupardin.

Hein !