Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Nonancourt.

J’ai fini… (À part.) Il est caustique, ce maire. (À Vézinet). À vous. (Vézinet ne bouge pas.)


Bobin, le poussant.

À vous !


Vézinet s’avance majestueusement près du comptoir.

Monsieur, avant d’accepter la mission de témoin…


Tardiveau.

Pardon…


Vézinet, continuant.

Je me suis pénétré de mes devoirs.


Nonancourt, à part.

Où diable est passé mon gendre ?


Vézinet.

Il m’a paru qu’un témoin devait réunir trois qualités…


Tardiveau.

Mais, monsieur…


Vézinet.

La première…


Bobin, entr’ouvrant la porte de droite, deuxième plan.

Ah ! mon oncle ! venez voir.


Nonancourt.

Quoi donc ?… (Regardant et poussant un cri.) Nom d’un pépin !!!… Mon gendre qui embrasse une femme…


Tous.

Oh ! (Rumeur dans la noce.)