Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Hélène, pleurant.

Il l’avoue !


Bobin.

Pauvre cousine ! (Embrassant Hélène.) Fi ! monsieur, fi !…


Fadinard.

Tenez-vous donc tranquille, vous !… (À Bobin, le repoussant). On ne marche pas dans les plates-bandes.


Bobin.

C’est ma cousine.


Nonancourt.

C’est permis.


Fadinard.

Ah ! c’est permis… Eh bien ! cette dame que j’ai embrassée est ma cousine aussi.


Tous.

Ah !!!


Nonancourt.

Présentez-la-moi… je vais l’inviter à la noce.


Fadinard, à part.

Il ne manquerait plus que ça ! (Haut.) C’est inutile… elle n’accepterait pas… elle est en deuil.


Nonancourt.

En robe rose ?


Fadinard.

Oui, c’est de son mari.


Nonancourt.

Ah ! (À Tardiveau.) Monsieur, je renoue ! Bobin, je te la retire.