Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de me dire : "Veux-tu t’en aller ! nous ne vendons pas de chapeaux !…" Tout ça m’a donné un trac !…


Achille, le lorgnant à part.

Il a bien l’air d’un Italien !… Quel drôle de gilet !… (Il rit en le lorgnant.) Eh ! eh ! eh !


Fadinard, lui faisant plusieurs saluts.

Monsieur… j’ai bien l’honneur… de vous saluer… (À part.) C’est quelque majordome !…


Achille.

Asseyez-vous donc !…


Fadinard.

Non, merci… je suis trop fatigué… c’est-à-dire… je suis venu en fiacre…


Achille, riant.

En fiacre ?… c’est charmant !


Fadinard.

C’est plus dur… que charmant.


Achille.

Nous parlions de vous à l’instant !… Ah ! mon gaillard ! Il paraît que vous aimez les petits pieds ?…


Fadinard, étonné.

Aux truffes ?…


Achille.

Ah ! très joli ! . C’est égal, votre histoire de soulier est adorable… adorable !…