Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
92
LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON.

MADAME PERRICHON

Mais avec qui ?


PERRICHON

Avec un commandant au 2e zouaves.


MADAME PERRICHON et HENRIETTE, effrayées.

Ah ! grand Dieu !


PERRICHON

Demain, à midi, dans le bois de la Malmaison, à la porte du garde.


MADAME PERRICHON, allant à lui

Mais tu es fou… toi ! un bourgeois !


PERRICHON

Madame Perrichon, je blâme le duel… mais il y a des circonstances où l’homme se doit à son honneur ! (À part, montrant sa lettre.) Où est donc Jean ?


MADAME PERRICHON, à part.

Non, c’est impossible ! je ne souffrirai pas… (Elle va à la table au fond et écrit à part.) « Monsieur le préfet de police… »


JEAN, Paraissant

Le dîner est servi.


Perrichon, s’approchant de Jean et bas.

Cette lettre à son adresse… c’est très-pressé !

Il s’éloigne.

DANIEL, bas, à Jean.

Cette lettre à son adresse… c’est très-pressé !

Il s’éloigne.

MADAME PERRICHON, bas à Jean.

Cette lettre à son adresse… c’est très-pressé !