Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ARMAND

Vraiment ? moi aussi ! je me dispose à suivre une demoiselle charmante.


DANIEL

Tiens ! moi aussi !


ARMAND

La fille d’un carrossier !


DANIEL

Perrichon ?


ARMAND

Perrichon !


DANIEL

C’est la même !


ARMAND

Mais je l’aime, mon cher Daniel.


DANIEL

Je l’aime également, mon cher Armand.


ARMAND

Je veux l’épouser !


DANIEL

Moi, je veux la demander en mariage… ce qui est à peu près la même chose.


ARMAND

Mais nous ne pouvons l’épouser tous les deux !


DANIEL

En France, c’est défendu !


ARMAND

Que faire ?…