Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Le Monsieur.

C’est mon tour… j’ai le numéro 17.

Malingear, étonné, à part - Ah ! un client ! un vrai !…


Ratinois, à part.

On se l’arrache !


Le Monsieur, à Malingear.

Je souffre depuis longtemps d’une affection…


Malingear.

Pardon… je suis à vous…


Ratinois.

Docteur, je vous laisse…


Malingear.

Vous m’excusez ?…


Ratinois.

Comment donc ? ne vous dérangez pas !… (À part en sortant.) Quel beau parti pour Frédéric ! C’est trop beau… ils ne voudront jamais s’allier à de petits bourgeois comme nous !… (Haut.) Docteur… j’ai bien l’honneur… (Il ouvre la porte du fond, et on aperçoit le chasseur qui le reconduit. Faisant des politesses au chasseur.) Merci !… ne vous donnez pas la peine…

La porte se referme.