Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame Malingear, à son mari.

Mon ami, nous abusons des moments de M. et madame Ratinois !


Madame Ratinois.

Par exemple !…


Ratinois.

Je n’ai rien à faire… je suis retiré du commerce !

Malingear.- Ah ! vous étiez dans le commerce ?


Ratinois.

Oui.


Madame Malingear.

Quelle partie ?


Ratinois, embarrassé.

Mais… j’étais…


Madame Ratinois, vivement.

Raffineur… Mon mari était raffineur.


Malingear.

Ah ! c’est de la haute industrie !


Ratinois, à part.

Confiseur… raffineur… c’est toujours dans le sucre !…


Madame Malingear, à part.

Les raffineurs sont tous millionnaires ! (Nouveau silence.) Docteur, vous oubliez que nous devons une réponse…


Malingear, se levant.

C’est juste ! (Se posant.) Madame… et vous, monsieur, vous avez eu la bonté de nous adresser, il y a quinze jours, une demande qui nous flatte autant qu’elle nous honore !…