Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de secrétaire de la Société de statistique… de Vierzon…


Horace.

Fichtre ! c’est un beau grade !


Désambois.

Et j’ai moi-même l’espoir d’être avant peu nommé membre correspondant de ladite…


Madame de Guy.

Je ne demande au mari de Lucile que de la rendre heureuse… Sans doute, il m’est cruel de me séparer d’elle ; mais, puisque Horace ne retourne pas à l’armée, je ne serai pas tout à fait seule.


Désambois, avec dédain.

Ah ! je vois que Monsieur est militaire.


Horace.

Je l’étais… car j’ai donné ma démission…


Désambois, aimable.

Ah ! monsieur, permettez-moi de vous en féliciter.


Horace.

Et pourquoi donc, monsieur ?


Désambois.

Parce que, entre nous, l’état militaire…


Horace.

Eh bien ?…


Désambois.

Certainement, je respecte l’armée… Je l’accepte même…


Horace.

Vous êtes bien bon !


Désambois.

Je l’accepte comme une tradition des époques primitives