Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Désambois, le présentant à Lucile.

M. Célestin Magis…


Magis, saluant.

Mademoiselle…


Désambois, le présentant à Horace.

M. Célestin Magis…


Magis, saluant.

Monsieur…


Horace, à part.

Bonne tenue, moitié pompes funèbres moitié garçon de café !


Madame de Guy, à Magis.

M. Désambois nous a fait le plus grand éloge de votre personne, et nous sommes charmés, monsieur…


Magis.

J’ose espérer, madame, mademoiselle et monsieur… que vous conserverez de moi cette bonne opinion quand vous me connaîtrez davantage. Je ne suis pas un de ces jeunes gens dont la vie se consume dans les futilités mondaines. J’ai toujours eu un goût prononcé pour l’étude, et les échos du collège Charlemagne retentissent encore du bruit de mes modestes succès.


Horace, à part.

Premier prix de thème !


Magis.

Plus tard, abandonné à moi-même, sans aide, au milieu de Paris, cette moderne Babylone…


Désambois.

Oh ! c’est bien vrai !


Horace, à part.

Prudhomme père et fils !