Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les fruits de notre travail du jour. M. Désambois veut bien quelquefois nous honorer de sa visite.


Désambois.

Oh ! cher ami !


Magis.

Je rentre à neuf heures… je prends quelques notes et je me couche.


Désambois.

C’est admirable !

Lucile, à part..- Quelle différence avec mon cousin !…


Magis.

Me voilà tel que je suis, je ne vous ai rien caché…


Madame de Guy.

Certainement, monsieur…


Désambois, bas.

Laissez-le parler !


Magis.

Possesseur d’une fortune assez belle, j’aurais pu, comme tant d’autres, mener une vie de désordre et de dissipation… Mais j’ai préféré nourrir mon esprit de la moelle des fortes études.

Madame de Guy remonte.


Madame de Guy, bas à Horace.

Il s’exprime fort bien…


Horace, bas.

Je ne sais pas… je regarde les images…

Madame de Guy redescend près de Lucile.