Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DANIEL

Est-ce singulier ! Depuis qu’Henriette m’échappe, il me semble que je l’aime davantage.


ARMAND

Je comprends cela… aussi, je ne vous demanderai pas le service que je voulais vous demander…


DANIEL

Quoi donc ?


ARMAND

Non, rien…


DANIEL

Parlez… je vous en prie.


ARMAND

J’avais songé… puisque vous partez, à vous prier de voir M. Perrichon, de lui toucher quelques mots de ma position, de mes espérances.


DANIEL

Ah ! diable !


ARMAND

Je ne puis le faire moi-même… j’aurais l’air de réclamer le prix du service que je viens de lui rendre.


DANIEL

Enfin, vous me priez de faire la demande pour vous. Savez-vous que c’est original, ce que vous me demandez là ?


ARMAND

Vous refusez ?…


DANIEL

Ah ! Armand ! j’accepte !