Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Horace.

Du moment que je n’ai pas laissé mon cœur à Pékin.


Désambois.

C’est égal… cet amour qui vous prend tout à coup… c’est bien extraordinaire ! et de méchantes gens pourraient croire…


Horace.

Quoi ?


Désambois.

Que ce n’est pas la demoiselle, mais l’établissement qui vous plaît.


Horace, ne comprenant pas.

L’établissement… quel établissement ?


Désambois.

Mademoiselle Lucile a quatre cent cinquante mille francs de dot.


Horace.

Ah !… Ma foi, tant mieux ! mais je ne le savais pas.


Désambois.

Oh ! vous ne le saviez pas ?


Horace.

Quand je vous le dis…


Désambois, incrédule.

Vous me le dites !


Horace, s’emportant.

Ah ! prenez garde ! (Se calmant.) Tenez, je vous conseille de ne pas entrer dans cette voie-là… Je suis très doux, très gentil avec vous… il ne faut pas en abuser, mon cher monsieur Désambois.


Désambois.

Mon Dieu, je ne dis pas ça pour vous, mais il y a des