Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/504

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


corvée ! (Haut, avec effort.) Voilà : voyez-vous, le capitaine… il n’est pas toujours bien disposé… il a ses moments, cet homme… c’est nerveux. Il paraît que je l’avais agacé… Ce n’est pas qu’il soit méchant, oh ! Dieu ! un cœur, une bonté ! mais c’est sa jambe… il a une jambe droite… qui s’enlève comme une soupe au lait… Alors, il m’a lancé un…


Madame de Guy.

Un… quoi ?


Bernard.

Eh bien, un…


Lucile.

Un quoi ?


Bernard.

Avec sa jambe droite…


Madame de Guy, riant.

Ah ! ah ! ah !


Lucile, riant.

Mon pauvre garçon !


Bernard.

Vous riez ? Mais je ne riais pas, moi, nom d’un tonnerre ! le sang me bourdonnait dans les oreilles… il me semblait qu’on venait de me dégrader à la face du régiment ; mais je dois rendre cette justice au capitaine… il n’y a pas été par quatre chemins ; il m’a dit : "Bernard, ça… ça ne s’essuie qu’avec un coup de sabre, allons-y ! "


Lucile.

Ah ! c’est bien !


Bernard.

Et il a eu la bonté de me faire lui-même une toute petite coupure sur le bras… Voulez-vous la voir ?