Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/517

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame de Guy.

Monsieur Désambois, une pareille supposition…


Désambois.

Mon Dieu, madame, il faut s’attendre à tout. Je ne dis pas cela pour M. votre neveu ; mais il y a mille manières d’aller en prison. On y va pour dettes, pour coups, pour injures, cris séditieux, tapage nocturne, indélicatesse…


Horace, à part.

Il faut que ça finisse, je vais le jeter par la fenêtre.

Il va ouvrir la fenêtre.


Désambois, il se lève vivement, effrayé.

La fenêtre !


Horace, revenant à Désambois.

Monsieur Désambois, voilà un quart d’heure… (Lucile agite le bras de Désambois et le fait sonner.) La sonnette !… Et c’est lui ! (Il éclate de rire. Très aimable.) Veuillez continuer, cher monsieur Désambois !


Désambois, à part, étonné.

Comment ?


Horace.

J’ai le plus grand plaisir à vous écouter. (À part.) Va ton bonhomme de chemin, j’ai lu dans ton jeu.

Il reprend sa place à la table et fait des cocottes pendant la scène qui suit.


Désambois, à Lucile.

Et maintenant, pauvre enfant, chère Lucile, fasse le ciel que vous n’ayez pas trop tôt à vous repentir de cette union ! (À part, regardant Horace.) Il fait des cocottes ! (Haut.) De cette union… fatale…